Perturbateurs endocriniens: la claque des juges de l'Union à la Commission européenne

Le 16 décembre 2015, José Bové 

 

Perturbateur endocrinien

Les perturbateurs endocriniens, vous connaissez n'est-ce pas?
 
Mais si, ces substances introduites par l'industrie chimique dans les produits d'entretien, les pesticides, les emballages alimentaires, les tickets de caisse et même certaines tétines de biberon... Leur particularité est, comme leur nom ne l'indique pas forcément, de perturber le système hormonal et de créer infertilité masculine et féminine, malformations à la naissance, obésité, cancers, entre autres, sur plusieurs générations! Le glyphosate, utilisé dans l'herbicide Round-Up de Monsanto, et le Bisphénol A en sont les représentants les plus "éminents".
 

 

 
Et bien figurez-vous que ces substances ne sont pas définies juridiquement par le droit européen. De ce fait l'industrie chimique fait à peu près ce qu'elle veut. Or, selon la réglementation européenne, la Commission européenne avait l'obligation de donner une définition légale des perturbateurs endocriniens avant le 13 décembre 2013. Mais à ce jour rien n'est venu, malgré le travail de sensibilisation et d'alerte que les écologistes mènent au Parlement européen depuis 2 ans.
 
 
Aujourd'hui, donc, les juges de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) viennent de reconnaître que la Commission européenne a enfreint le droit européen en ne proposant pas cette définition avant la date limite. Même s'il n'y a pas de condamnation à une amende, c'est la première fois dans l'histoire de l'Europe que des juges remettent à sa place la Commission européenne.
 
 

 

Pour changer de modèle alimentaire soutenez notre pétition

 

STOP au lobby de la grande distribution, OUI à l'économie locale

 

Suivez-nous sur    Facebook      Twitter  

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.