Le Sénat méprise les abeilles, la biodiversité et protège les pesticides néonicotinoïdes.

Le 4 février 2016

8w0wdx ji9jfybvih wfb0w7d20

 

Le 22 janvier 2016, dans le cadre de l’examen de la loi biodiversité, les Sénateurs ont rejeté l’interdiction des néonicotinoïdes.

Les effets désastreux de ces substances toxiques sur les populations d'insectes pollinisateurs comme sur la santé humaine sont pourtant bien connus et scientifiquement prouvés. Mais les hommes et les femmes qui représentent les collectivités territoriales en cette Chambre haute, n'en ont tenu aucun compte.

Les néonicotinoïdes sont 5 à 10 000 fois plus toxiques que le DDT et représentent aujourd’hui 1/3 des insecticides utilisés dans le monde. De nombreuses études démontrent l’impact néfaste de ces néonicotinoïdes sur les abeilles, les pollinisateurs sauvages, les invertébrés aquatiques, les oiseaux et sur l’ensemble de la chaîne alimentaire. Les dangers que présentent les néonicotinoïdes sont liés à leur hyper-toxicité, qui se diffuse par systémie dans toutes les parties des végétaux, leur facilité de transfert dans l’eau, l’air et le sol, leur longue durée de vie et leur lente dégradation. Au-delà de la survie de la filière apicole et des services écosystémiques vitaux rendus par les insectes pollinisateurs, c’est la biodiversité et la sécurité sanitaire qui sont en jeu. En France, pourtant, plus d’une centaine de produits à base de néonicotinoïdes sont autorisés, utilisés dans les champs sur des millions d’hectares et employés à usage vétérinaire.

 

La démocratie implique que le corps politique se soucie du bien commun plutôt que de ses intérêts particuliers. Les sénateurs français viennent hélas de nous montrer le contraire.

 

Pour améliorer notre alimentation et nos systèmes de distribution

 

Soutenez notre initiative sur le  site "Parlement et Citoyens" , demandez  aux parlementaires que soit proposé rapidement une loi sur la relocalisation alimentaire.  Cliquez ici

 

 

Suivez-nous sur        Facebook                Twitter

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×