On l'appelle le 8ème continent ou "la soupe de plastique"

Le 10 décembre 2015, Dominique Duffy

1697971 3 6fb7 des dechets plastiques au large des acores en ebb801424a733869f377fa9003ccec4d

 

Après le continent africain, l'Europe, l'Asie, l'Océanie, l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud et l'Antarctique un "Huitième Continent" tend à apparaître. Celui-ci, où aucun être humain ne vit, correspond en réalité à une immense plaque de déchets située dans l'Océan Pacifique.


Le capitaine Charles Moore,  découvre par hasard ce phénomène de "soupe plastique" en 1997. Au retour d'une course à la voile entre Los Angeles et Honolulu, l'explorateur avait décidé de prendre une route habituellement évitée par les marins, au centre de la gyre du Pacifique Nord, où les pressions sont hautes et les vents faibles.

"Jour après jour, je ne voyais pas de dauphins, pas de baleines, pas de poissons, je ne voyais que du plastique", se souvient-il.

 

 

Depuis  ce phénomène  " soupe de plastique" ne cesse de croître et d'inquiéter

 

Cette plaque de déchets d'une profondeur d'environ 30 mètres et une envergure de 3,5 millions de km²,  est équivalent au tiers de l'Europe ou environ  6 fois la France,

Au-delà de notre mode de vie, la formation de ce continent est le résultat d’un processus de courants marins. Les déchets convergent tous vers une même zone, on l’appelle la mer de Sargasse où se forme une masse de détritus. Les dangers sont bien là. Le plastique se décompose lentement tandis que ces micro-particules flottent et se mélangent doucement avec le plancton. Ce même plancton est ensuite ingéré par la vie marine. Les macro plastiques eux sont ingérés par toute la faune marine. Les sacs plastiques par exemple sont très fréquemment ingérés par les tortues qui les confondent aux méduses.

 

Turtleingestingplastic 430x323

 

Les chiffres sont vertigineux,  selon l’estimation d’une équipe internationale de recherche publiée, près de 269.000 tonnes de déchets plastiques flotteraient à la surface des océans dans le monde. Toutes les mers du globe sont souillées. « Les plastiques et microplastiques sont présents sur l'ensemble de l'océan mondial », constatent les chercheurs.

 

Que faire contre ces poubelles flottantes ?

 

Si des opérations de nettoyage des gyres ont déjà été entreprises ou sont à l'étude, comme le projet américain Kaisei, la tâche paraît titanesque étant donné l'ampleur des zones contaminées et le nombre de micro-fragments. D'autant que ces déchets se trouvant essentiellement hors des eaux nationales et des Zones économiques exclusives, aucun Etat ne veut en assumer la responsabilité ni le coût.

"Le plus accessible serait de se concentrer sur le nettoyage des canaux et rivières qui débouchent dans les océans, ainsi que les plages, afin de prévenir une accumulation de déchets plus au large et en profondeur, explique Marieta Francis, directrice exécutive de l'Algalita Marine Research Foundation. Mais l'essentiel est surtout de réduire la quantité de déchets produite, en limitant la consommation d'emballages, en les recyclant et les réutilisant au maximum et en recherchant d'autres alternatives, comme des plastiques biodégradables ou compostables, du papier ou de l'aluminium." . Il en va de la survie du monde marin.

 

 
 

Pour protéger la planète et notre santé, signez et partagez notre pétition :

 

STOP au lobby de la grande distribution, OUI à l'économie locale

 

Suivez-nous sur   Facebook        Twitter

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×