Les microbilles en plastique dans les produits cosmétiques finissent dans les océans

le 10 décembre 2015- Dominique Duffy

8fbd95be2851f8a0808d45f072e34283

Le polyéthylène, vous le connaissez bien. C’est, entre autres, le plastique des sacs poubelle ou celui des sacs d’emballage  dont la durée d’utilisation est estimée à quelques minutes alors qu’il faudra entre 400 et 1000 ans pour qu’il se dégrade. Le polyéthylène n’est pas biodégradable.

 

Du polyéthylène  aussi dans les produits de beauté

 

Se brosser les dents devrait être un acte d’hygiène buco-dentaire banalisé et sain. Si vous n’êtes pas vigilant quant au choix de votre pâte dentifrice, ce peut devenir un acte contre l’environnement et même un acte qui peut mettre en danger votre santé.

En effet, les petites billes qui se trouvent dans les dentifrices mais aussi dans  les exfoliants, savons,  crèmes, shampoings, déodorants, sont en effet, bien souvent, en plastique.  A titre indicatif, un flacon de 200 ml peut contenir jusqu’à 21 grammes de micro-plastique.

Outre-Atlantique, un mouvement de défiance envers ces microbilles qui se trouvent dans les produits cosmétiques se fait de plus en plus fort. Certains États des États-Unis et du Canada, notamment, les ont déjà interdites.

Unilever, Johnson&Johnson, L’Oréal se sont engagés à retirer les perles microscopiques de leurs produits cosmétique. En 2012, Unilever a promis qu’il n’y en aurait plus d’ici 2015. L’Oréal s’engage pour 2017. Il leur faut trouver des alternatives naturelles de substitution, des particules minérales, des noyaux de fruits ou du marc de café....

 

 

Comment ces microbilles en plastique finissent-elles dans les océans ?

 

Lorsque vous vous lavez les dents avec des pâtes contenant des microbilles, vous vous rincez les dents et ces particules à peine visibles à l’œil nu s’échappent dans vos évacuations et finissent dans les égouts créant un vrai désastre pour l’environnement et pour les éco-systèmes des rivières, des lacs puis des mers et océans, grossissant les gyres ou « soupes de plastique ». Car grâce à leur petite taille et leur extrême flottabilité, ces particules échappent aux traitement des eaux usées, les systèmes n’étant pas équipés pour les filtrer.

Selon une récente étude publiée dans la revue Environmental Science & Technology, plus de 8000 milliards de microbilles s'invitent dans les habitats aquatiques... chaque jour.  L'association Surfrider Foundation explique sur son site qu'"un seul tube de ces cosmétiques, soin visage ou dentifrice, peut en contenir des milliers". En plus des petites billes que vous pouvez voir et sentir, des centaines d'autres sont invisibles à l’œil nu.

"Elles jouent un rôle de transport des contaminants, comme un buvard", explique  François Galgani, chercheur à l'Ifremer. "Ces billes de plastique servent de support à des espèces, qui peuvent se propager d'un bout à l'autre de la planète", détaille-t-il. Ces espèces peuvent être des microbes qui, lorsqu'ils arrivent dans un milieu inconnu, peuvent déséquilibrer la faune et la flore locale, et contaminent plages et fonds marins.

Les microbilles peuvent également être ingérées par les organismes vivant dans les océans ou les lacs, poissons, baleines, plancton, etc...A terme, elles risquent de se retrouver dans nos assiettes !

 

Les ONG dénoncent et informent, les états prennent des mesures, à nous maintenant d’être vigilants, à nous de les appuyer et conforter leurs actions en utilisant notre pouvoir de consommacteur. Boycottons ces produits qui mettent en péril notre planète.

 

Les meilleures alternatives sont les produits faits-maison. Le coût est beaucoup moins élevé que les produits achetés en grande surface et vous serez surpris de leur efficacité. Généralement, il vous suffit de prendre du sucre en poudre ou du sel et de le mettre dans un peu de jus de citron, du miel ou de l’huile d’olive, selon votre type de peau, et le tour est joué ! Vous avez un exfoliant efficace et 100% naturel !

 

 

Dents blanches, comment fabriquer son dentifrice bio en 1 min ! Sans FLUOR, sans produits CHIMIQUES

 

Pour protéger la planète et notre santé, signez et partagez notre pétition :

 

STOP au lobby de la grande distribution, OUI à l'économie locale

 

Suivez-nous sur   Facebook        Twitter

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×