L’huile de palme, une catastrophe écologique planétaire

Le 25 janvier 2016

Oil palm plantation vl

 Article écrit par Antoine Borzeix  paru dans http://toinebzx.com

L’huile de palme en elle même n’est pas forcément la plus mauvaise graisse saturée, même si, en toute honnêteté, elle fait partie du top 10 des plus mauvaises. Mais l’huile de palme pose un bien plus grand problème de part la façon dont elle est cultivée.

 

L'huile de palme vient du palmier à huile qui pousse dans les régions tropicales. Il a besoin d’un environnement particulier pour croître et produire des fruits. Les palmiers sont plantés en rangs à une distance de 3m les uns des autres. Il faut compter entre 3 à 4 ans pour produire une première récolte de fruits qui, une fois pressé, donneront la précieuse huile. De vastes zones de forêts tropicales et autres écosystèmes à haute valeur de conservation ont été défrichés, détruits, pour faire place à des plantations de palmiers à huile.
Malheureusement, beaucoup de plantations de palmiers à huile en Asie du Sud Est sont sur des sols tourbeux, qui jusqu’à récemment étaient couverts de forêts marécageuses. Le drainage, de ces sols organiques riches en carbone, est en partie à l’origine des émissions massives de gaz à effet de serre, sans parler des immenses feux continuels pour déboiser.

 

Les problèmes causés par l’irrigation

En raison de la demande croissante rapide pour l’huile de palme, la Malaisie et l’Indonésie représentent environ 90% de la production d’huile de palme du monde. La Thaïlande commençant elle aussi son autodestruction dans la course à l’huile de palme. Afin de soutenir la demande croissante des industriels de l’agroalimentaire, les forêts tropicales vierges sont détruites à un rythme alarmant. Dans la plupart des cas, ces forêts étaient  sensément protégées car elles sont l’habitat de l’orang-outan et de bien d’autres espèces menacées. L’équivalant de 300 terrains de football est détruit chaque heure en Asie du Sud-Est pour faire place à toujours plus de palmeraies.

Selon le WWF (World Wildlife Fund), il y a environ 20 millions d’hectares de terres abandonnées en Indonésie qui pourraient être utilisés pour planter des palmiers à huile. De nombreuses entreprises de production d’huile de palme sont liées à des entreprises d’exploitation forestière. Ces forêts contiennent des bois précieux. Les entreprises d’exploitation forestières produisent donc un double bénéfice en coupant ce bois et en vendant les terres aux sociétés productrices d’huile de palme.

 

 

Le défrichage des forêts pour les plantations de palmiers à huile

Plus de 50 Orang-outans sont tués chaque semaine en raison de la déforestation, leurs habitats sont rasées au bulldozer, ils n’ont nulle part où aller, nulle part où fuir et finissent par mourir de faim. Car lorsque leur zone d’habitat est détruit, ils errent souvent sur les plantations en quête de nourriture, ce qui les rend vulnérables aux braconniers. Ils sont écrasés par l’équipement d’excavation, aspergés d’essence et brûlés vifs, capturés, torturés, battus, abattus ou vendus pour être prostitués en Chine, au Vietnam et même en Thaïlande (le « monkey blowjob » m’a déjà été proposé sur Khaosan Road, le quartier touristique de Bangkok). Ils sont considérés comme des nuisibles pour la plupart des entreprises de palmiers à huile car ils détruisent souvent les jeunes plants de palmiers dans l’espoir de trouver un peu de nourriture.

Dans de nombreux cas, ces entreprises productrices d’huile de palme proposent une prime pour le meurtre d’un orang-outan. Les mères sont abattus et leurs bébés vendus car ils sont de valeur dans le commerce illicite des animaux domestiques et sont gardés en captivité dans des conditions horribles.

 

L’orang-outan n’est pas le seul animal à disparaître et à être la cible des chasseurs payés par les sociétés productrices d’huile de palme. L’éléphant, le tigre de Sumatra, le rhinocéros, l’ours, le léopard, le tapir, le nasique, le gibbon et bien d’autres espèces dont l’énumération serait longue et fastidieuse sont directement menacés et disparaissent de jours en jours, dans l’indifférence ou pire, avec la complicité du monde entier. Ce monde est plein de consommateurs qui s’attendrissent de lire mes lignes, mais continueront inlassablement d’acheter égoïstement leur Nutella et leurs petits gâteaux au faux chocolat et au vrai poison.

 

Comment agir à notre niveau ?

Nous savons éperdument que nous ne pouvons pas compter sur nos politiques pour tenter de mettre un terme à cette destruction, ni même à la simple et facile à mettre en place interdiction de l’utilisation de l’huile de palme dans la fabrication des produits alimentaires, d’hygiènes et cosmétiques. Pour preuve, le problème n’a pas été soulevé à la COP21 alors même que l’Indonésie brulait et que les fumées se voyaient jusqu’en Thaïlande. Les stands Indonésiens présents à cette même COP allaient même jusqu’à faire la promotion de la culture de la palme. Le lobbying de l’industrie de l’huile de palme est puissant, très puissant. Rares sont les personnes en Europe qui ont entendu parler des feux qui ravagent la forêt primaire. Les médias n’en ont pas parlé. Nous nous rappellerons simplement que quand Ségolène Royale, en tant que ministre de l’écologie, avait osé parler des dégâts irréversibles causés par la culture de la palme, celle ci avait été priée de se taire.

Mais nous pouvons agir, nous consommateurs !   Il nous suffit de regarder la liste des ingrédients sur les paquets de chaque aliment que nous achetons....

 

Article complet sur http://toinebzx.com/2016/01/lhuile-de-palme-catastrophe-planetaire-resumee-nuls

 

 

Pour améliorer notre alimentation et nos systèmes de distribution

 

Soutenez notre initiative sur le  site "Parlement et Citoyens" , demandez  aux parlementaires que soit proposé rapidement une loi sur la relocalisation alimentaire.  Cliquez ici

 

 

Suivez-nous sur   Facebook     Twitter

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×