Soutien à Jérôme THOMAS pour sauver ses terres agricoles

Le 28 juillet 2016

Ab

 

Jérôme THOMAS, jeune agriculteur  cultive des céréales bio anciennes pour fabriquer du pain au levain. Ses terres vont devenir  des bâtiments commerciaux et des parkings au profit de quelques groupes privés !

Alors que la ville de Bruz (métropole rennaise) refuse tout site d’implantation pour le magasin local Les artisans du frais, elle envisage d’agrandir une zone commerciale existante pour y implanter  de nouvelles enseignes de bricolage, jardinage…sur les terres agricoles de Jérôme THOMAS.

Récemment, Bruz avait  aussi donné la préférence aux enseignes  SUPER U (agrandissement 1000 m2 fortement contesté)  ainsi qu’au discounter ALDI (création 800 m2).

 

Des terres agricoles disparaissent continuellement au profit de quelques multinationales, sans aucune contrepartie pour la production locale !   

Ainsi, nos élus continuent de privilégier ces lieux de consommation standardisés issus  de grands groupes déjà très fortunés plutôt que des indépendants créatifs qui maintiennent la tradition.

Bruz c’est 80% des terres agricoles supprimées, le Pays de Rennes c’est 200 000 m2  de grandes enseignes alimentaires et 500 m2 de magasins de producteurs. Une contradiction évidente pour une métropole qui prône  l'autonomie alimentaire, une alimentation durable ainsi que  les circuits courts et qui continue de bétonner les terres agricoles tout en refusant la création d’un magasin local innovant accessible à une majorité de consommateurs.
 

Sommes-nous condamnés à revivre les mêmes erreurs qui donnent toujours plus de pouvoir aux multinationales ?

A qui profite cette concentration de  multi-nationales et de standardisation de nos villes ? Ce système prétendu évolué qui favorise la consommation à outrance, exclut l’humain et la qualité n’est-il pas au contraire très primitif ? L'association En Toute Franchise dénonce depuis plus de 20 ans les abus des grandes enseignes qui ont conduit à la disparition de milliers de commerçants et d'artisans indépendants, à la destruction du cadre de vie des quartiers, à la paupérisation du monde rural.

 

Apportons notre aide à tous ceux qui courageusement agissent pour l’avenir de l’espèsystème !

Jérôme THOMAS fait un appel  pour sauver ses terres agricoles de la bétonisation qui privilégie les marques issues de grands groupes déjà très fortunés  plutôt que des indépendants.

Soutenez-le en signant sa pétition ICI !

https://www.change.org/p/non-a-la-betonisation-de-terres-biologiques-sur-bruz

 

MERCI A TOUS

 

Fabrication du pain avec Jérôme Thomas, producteur bio de céréales anciennes.

 

Produits locaux et circuits courts : L'impossible projet "Les artisans du frais"

 
 

Commentaires (1)

NEBEL Jean-Luc
  • 1. NEBEL Jean-Luc | 28/07/2016
Pour l'authentique

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.