Plus de 600 agriculteurs par an se suicident

Agriculture : la profession de plus en plus touchée par les suicides

France 2 a recueilli le témoignage émouvant d'une famille endeuillée

 

La médiatisation du sujet, jusqu’alors tabou, du suicide des agriculteurs donne une obligation à notre société : s’emparer du problème pour tenter de la résoudre.

 

Dans de nombreux cas, la résolution de problèmes vient de ce que l’on appelle la « volonté politique ». Mais si celle-ci n’existe pas, alors les médias jouent un rôle capital, en mettant en avant ces problèmes de manière telle qu’il ne devient plus possible de les occulter.

 

En Bretagne, 600 croix érigées en hommage aux agriculteurs suicidés.

 

Le sujet fait désormais partie de l’actualité, depuis le 11 octobre dernier, et la journée nationale d’hommage organisée à Saint-Anne d’Auray. 

Jacques Jeffredo, 55 ans, un maraîcher breton a érigé quelques 600 croix blanches  sur le parvis de la basilique de Sainte-Anne d'Auray, un important lieu de pèlerinage catholique, près de Vannes, afin de symboliser les 600 agriculteurs -selon lui- qui se donnent la mort chaque année.


Avec cette initiative, ce fils d'agriculteur, lui-même revenu à la terre en tant que maraîcher après avoir été opticien, entend faire du 11 octobre une Journée nationale sur le suicide dans le monde agricole. Il a lancé  une pétition dans cette perspective.

 

La Bretagne très touchée

 

Une famille a accepté de témoigner : reportage  France 2.

Dans cette ferme du Morbihan, il reste du matériel agricole, un tracteur, quelques vaches laitières et une famille inconsolable.

Francis Le Ferrand était éleveur laitier. C'était un agriculteur passionné qui s'est battu pendant des années. Mais un jour de novembre 2015, quand son épouse rentre du travail, Francis est introuvable. "Comme il ne répondait pas au téléphone est que je ne le voyais pas, j'ai fait le tour de la ferme, je suis allée au hangar hors de l'exploitation, et il était là-bas", témoigne sa femme, Catherine. Son mari s'y est donné la mort.

 

Depuis plusieurs mois, la situation financière de la ferme avait empiré, le prix du litre de lait avait encore chuté. "C'est inhumain de travailler sans salaire. Quand on travaille 70 heures par semaine et qu'il n'y a pas de salaire au bout, croyez-moi, c'est très dur de vivre", ajoute-t-elle en pleurs.

La Bretagne est la région la plus touchée par les suicides, particulièrement ceux des agriculteurs.

 


 

"Lorsque le pouvoir de l'amour dépassera l'amour du pouvoir, le monde 

connaîtra  la PAIX"   Jimi Hendrix

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.