Jean-Bernard Huon, Paysan authentique et heureux

A la ferme Penprat, à Riec-sur-Bélon, Jean-Bernard Huon, 68 ans utilise une méthode paysanne naturelle depuis cinquante ans. Privilégiant le travail manuel et proche de la nature, il trait toujours sa petite dizaine de vaches à la main et ses terres sont labourées par ses bœufs de race nantaise. Il est l'un des derniers paysans à encore atteler les bœufs à l'ancienne. Pour lui, le rendement et la productivité n'ont aucun sens, la passion pour les bêtes prime.

 

Riec sur belon

« Je ne le fais pas pour le folklore ! » prévient-il. Il a toujours  travaillé comme un vrai paysan. « L’agriculture intensive n’est pas ma tasse de thé. C’est une vie difficile, mais elle me plaît. »

 

 

Hier moqué, aujourd’hui il suscite curiosité et admiration

 

Cette vie de paysan à l’ancienne lui a souvent valu quelques railleries, voire du dédain. Les gens ne lui disaient même pas salut et  pensaient qu'il  n’avait pas pu évoluer. « J’étais pris pour un clampin. Aujourd’hui, beaucoup de gens viennent voir mon travail, par curiosité. »

 

 

Jean-Bernard est heureux , il a compris le sens de la vie et est ouvert aux autres

 

Avec sa compagne  et au milieu de ses vaches, bœufs, chèvres, poules, lapins, cochons…  il ne manque de rien, mange principalement ce qui pousse chez lui, il produit son propre cidre, son beurre… qu’il revend ou échange. Il y a peu, il s’est tout de même résolu à acheter un petit tracteur pour faire les foins.

 

Jean bernard huon

 

Il profite de quelques fêtes locales pour montrer le travail avec les bœufs. Il fait  découvrir le vrai métier de paysan pour lequel  il  a préservé les préceptes et les méthodes de ses parents. Chaque année, depuis 30 ans, 200 à 300 motards viennent un week-end de janvier faire la fête à la ferme. Ils dorment un peu partout où ils trouvent de la place, dans les champs ou les greniers. Le dimanche matin, ils ont droit à un discours de leur hôte. En 2014,  Jean-Bernard a tenu un discours critique et émouvant sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

 

 

Pour changer de modèle alimentaire soutenez notre

 

pétition "STOP au lobby de la grande distribution, OUI

 

à l'économie locale"

 

Suivez-nous sur    Facebook       Twitter

Commentaires (1)

laurent
  • 1. laurent | 08/05/2017
Les abrutis de consommateurs de comprennent rien aux choses essentiels... cet homme n'a pas vendu son ame contrairement à tous ces paysans dans les années 60 completement conquis par le 'progres' cette maudite machine....

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.