Aurore et Antoine lancent un GFA pour acheter des terres

Le 15 mars 2016

Photo test v3 035 630x0

Élevage. Qui veut aider Aurore et Antoine à s'installer ?

Aurore et Antoine veulent se lancer dans l'élevage de chèvres en agriculture biologique. Pour acheter des terres, ils créent un Groupement foncier agricole.

Ils ont 21 ans et se sont connus au lycée agricole du Rheu. Aurore Vivien et Antoine Serrand, jeune couple actuellement installé au Loroux ont un projet déjà bien ficelé : la création d’une installation caprine bio à Laignelet. Ils ont trouvé la ferme qu’ils souhaitent acquérir, à la Hubaudière à Laignelet mais ne peuvent pas le faire seuls.

Un GFA pour acheter les terres

« Sur les 30 ha, 20 sont achetés par quelqu’un de ma famille et, de notre côté, nous acquérons les bâtiments et créons la salle de traite et l’outil de transformation. Mais pour acheter les 10 autres hectares, nous avons créé un GFA » explique Antoine. Un GFA… C’est-à-dire un Groupement foncier agricole qui regroupe des particuliers apportant des capitaux pour acquérir des terres agricoles.

Chaque associé constituant le GFA possède une ou plusieurs parts qui lui permettent de recevoir une partie du loyer de la terre. Une somme plus symbolique que réellement rémunératrice mais qui permet d’aider des jeunes agriculteurs à s’installer. « Nous louerons les terres au GFA qui en sera le propriétaire » précise le couple. Chaque part est vendue 100 €, chacun pouvant en acquérir une ou plusieurs.

Trouver 76 000 €

Pour l’acquisition des terres, le GFA aura besoin de 76 000 €. En activant leur propre réseau, Aurore et Antoine ont déjà environ 20 000 € de « promesses ». Ils lancent donc un appel pour trouver de nouvelles participations. « Lorsque nous aurons trouvé suffisamment de monde, une assemblée générale constitutive aura lieu » précise Antoine Serrand.

Le jeune couple espère pouvoir se lancer dès le début d’année 2016 dans son projet. Il commence à constituer un troupeau d’une quarantaine de chèvres des fossés, une race locale parfois utilisée pour l’écopâturage. Avec le lait produit, les agriculteurs fabriqueront eux-mêmes du fromage et des yaourts bio qu’ils vendront à la ferme, sur les marchés des environs, à des restaurateurs… À terme, le couple aimerait atteindre progressivement entre 80 et 90 chèvres.

 

Contact : avivien35@gmail.com ou 02 56 47 53 67.

 

Article sur http://www.lachroniquerepublicaine.fr/2015/11/30/elevage-qui-veut-aider-aurore-et-antoine-a-s-installer/

 

Pour améliorer notre alimentation et nos systèmes de distribution

 

Soutenez notre initiative sur le  site "Parlement et Citoyens" , demandez  aux parlementaires que soit proposé rapidement une loi sur la relocalisation alimentaire qui favorise les cultures bio (moins de pesticides) et la santé (moins de médicaments).  Cliquez ici

 

 

Suivez-nous sur        Facebook                Twitter

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.